Je récidive avec Aime comme Marie. Cette fois, c'est Mademoiselle qui est passée sous mon pied de biche. 

Pour ce premier essai, je la voulais sobre, passe-partout, et facile à porter. Je l'ai donc cousue en popeline blanche, et rehaussé le col est les poignets de passepoil noir. 

 image

Ca faisait un moment que je voulais me lancer et essayer de porter le col claudine, mais je craignais un peu le côté Marie-Chantal de la bête. Avec Mademoiselle, ça passe tout seul (même si l'Amoureux déteste, mais ça, c'est une autre histoire...). En vérité, c'est même le problème inverse qui se présente pour moi : le décolleté est presque indécent ! Il est échancré juste comme il faut, mais il est trop large. Ca godaille franchement,  et alors si j'envisage de me pencher ne serais-ce qu'un petit peu, ma pudeur en prend un sacré coup !

Je cherche donc une solution pour conserver la profondeur d'encolure, mais obtenir un effet plus "plaqué". A noter que j'ai déjà cousu une taille S et qu'il est absolument exclu de porter Mademoiselle moins décolletée (le fameux effet Marie-Chantal, souvenez-vous !).

Je suis par ailleurs assez fan des manches 3/4 et des poignets mousequetaire. Sauf que là aussi, ça coince. J'ai eu un petit souci avec la tête de manche, trop large, que j'ai fini par froncer. Au demeurant c'est assez joli, mais c'est pas ce qui est prévu a priori. J'ai du râter un truc là aussi. Pourtant j'ai tout monté dans les règles de l'art (enfin je crois).  

En conclusion, Mademoiselle est une tunique ravissante, confortable, au tombé presque parfait et qui va avec tout. Mais elle est quasiment impossible à porter en l'état à cause du fameux décolleté. Mais c'est sûr, dès que j'ai trouvé la solution, j'en referai tout plein !